Ma ptite ninine

Tous ces moments partagés,
un feu d’enfer, une telle lumière.
Avec toi une chaleur dans ce foyer, 
un feu de joie toutes ces soirées.
Toujours à mes côtés, 
pour les fessées, les baisers.
Nos connivences remplissent mon enfance,
une grande chance pour moi ta présence.
Quand la vie me fait des misères,
une alliée dans les combats que j’ai à livrer.
Lors de mes déroutes, 
me remets bien comme il faut sur la route.
Ma canne quand je fléchis. 
Ton bâton de vieillesse toujours tu dis.
Un soutien quand je ne vais pas bien,
parce que tu le vaux bien.
Bois mes paroles je suis son ange,
mais sans elle je perds les miennes.
La plus grande fan de mon humour,
un grand jardin d’amour.
Belle elle est, 
mais ne le sait.
Personne pour le lui dire,
à ma p’tite ninine.
Femme d’un pirate,
qui jamais ne la flatte.
Un moral d’acier que je ne peux égaler,
tant de déserts elle a traversé.
Parcouru les long couloirs bien noirs, 
sans jamais perdre espoir.
Fracassés des barrages avec sa rage,
pour défendre sa petite fille bien trop sage.
A ma p’tite mère,
grâce à toi je suis faite de sang et de chair.
Je te suis chère,
et de toi je suis drôlement fière.
Dans mes déserts avec toi, je partage l’oasis,
même si ce n’est qu’un mirage, un goût de paradis.
Mon médicament blues
V. D. B.

22 les V’la

Forceps, césarienne, épisio, fait ton choix.
La courbe du monitoring est activée.
Les gyrophares tournois,
les sirènes se mettent à hurler,
un, deux, trois,
C’est pas le moment d’avoir les foies,
parce que cette fois-ci, il va falloir l’avoir
A la prochaine sortie accroche-toi,
Petits et grands cris de joie.

22 v’là les filous, 
deux drôles de zouzous

V. D. B.


DSC_0001
Dessin de V. D. B.

l’équerre

Je ne prendrai pas le chemin de traverse,
une belle randonnée, je préfère.
Prendre garde aux sombres averses.
Découvrir ce lieu où je pourrai refaire.

Parfois m’arrêter,
les sentiers traversés.
En évitant l’égarement.
Avancer progressivement.

Choisir l’endroit pour y bâtir,
et cultiver un jardin serein.
L âme en paix, vieillir.
Peut-être un nous en commun.

Balayer les débris pour y laisser place nette.
Ne plus jouer les girouettes,
avec les vents soufflants.
Cela doit se faire doucement.

Pierre par pierre,
pour y construire bien à l’équerre.

V. D. B.

Persévérance

Parce que ta volonté est ainsi faite
Épreuve pour toi, roi elle te consacrera
Résolument patient
Sagement tu avanceras
En glorifiant ces louanges
Volontaire tu ne lâcheras pas prise
Encore est toujours, elle te dira
Rester sage il te faudra
Adversité elle sera ta douleur
Ne pas reculer, suivre le long chemin
Chemin de croix elle se fera
Enfin accéder au succès

V. D. B.


 IMAG0883

Les tourmalines

Les portes barricadées,
l’angoisse en escalier, nébulosité,
écho du vide, récit du rien,
l’atmosphère errante suinte,
l’humidité une comptine,
l’obscurité se devine.

Le plafond lézardé, fissuré,
trait de lumière, deux étoiles sont entrées,
redonnent l’espoir dans ces jours abandonnés,
un jardin de pensées parsemées,
des lendemains reposés,
un enclos douillé.

Deux corps célestes attentifs,
qui observent, écoutent, ressentent,
au scrabble, lecture, couture, s’adonnent,
puis se posent contemplatif,
de leurs cœurs remplissent les poches vides,
colorent âmes et corps avides.

Les mots se font silence,
pas un, ni mille ne semblent suffire,
l’instant est élégant, réjouissant,
le moment présent apaisant,
palpable cette présence dans ma subsistance,
après les pleurs viennent les sourires.

V. D. B.


IMAG0909

DEBOUT

Dans l’adversité, ne pas plier, résister
Les mauvais sorts, ensorcelés.
Même à genoux, reste debout.
Feindre que tourne la roue.

Que vienne la veine,
et disparaissent les sortilèges.

Va chercher ta chance,
sans plus attendre.
Les mauvais côtés éradiqués.
Ne pas abdiquer devant les difficultés.

Que ta persévérance et tes silences,
deviennent pour toi une délivrance.
De ton errance et tes souffrances,
ne prend pas offense.

Écoute ta voie,
Et foi en toi.

V. D. B.


La danse caféthé

 

Préparer un café
Début de matinée
Gestes saccadés
Les yeux encore fermés
Sucré et bien serré
afin de se réveiller
Une nouvelle journée démarrée

Préparer un thé
Dans le silence s’installer
afin de mieux le savourer
Les papilles écoutées
Le moment apprécié
Les dents desserrées
Les jambes détendres
Détourner les interférences
Une gorgée avalée
Éloigner les sombres nuages
Le lait préféré
Balayer la rage
Souffler, respirer,
Retrouver une âme tranquillisé
Une nouvelle gorgée
Le café noir oublier
Se ressourcer
pour continuer

V. D. B

Une réflexion sur “LUMIERE

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s